Elsa découvre la gravure en 2004 en parallèle de ses études d'arts plastiques à La Sorbonne : les techniques de l'eau forte à l'atelier 63 (Paris 14e), la taille directe, sans acide, dans l'atelier du buriniste Joël Roche, grand prix de Rome (burin, pointe sèche, roulette, manière noire), la taille d'épargne à l'école supérieure des arts  appliqués Duperré : on creuse la matrice de bois ou de linoléum en laissant intacte les traits de son dessin, ce sont alors ces surfaces et non les creux qui vont recevoir l'encre et faire apparaître le motif.

Elle a choisi la gravure comme mode d’expression car elle met en jeu la relation au temps. La création s’opère par étapes. Beaucoup de paramètres interviennent en gravure : en fonction de la technique que l’on choisit, en fonction du papier, de l’encrage, de la couleur de l’encre, de la pression… tout a son importance. Et certains éléments ne sont pas maîtrisables, ce qui réserve au résultat une part de magie.

 

 à propos 

L’architecture tient une place importante dans son imaginaire. Elle aborde le paysage urbain, souvent des lieux publics provisoirement désertés de leurs habitants. La mer, ses carcasses de bateaux et ses marécages qui ont peuplé son enfance en Charente maritime lui tiennent également à cœur. Directement inspirées de la nature, ses « petites séries » se ramassent telles des coraux, poussent comme des champignons ; se nourrissent d'insectes et s'observent à la loupe à la manière du plancton …

En 2016, elle ouvre son atelier de gravure, l'atelier Bois d'encre, pour initier petits et grands aux différentes de techniques de la gravure.

Copyright © 2020 - Site officiel Elsa Saïsset - Photos Emmanuel Ligner - Tous droits réservés.